Plantu, 50 ans de dessin de presse

(par notre correspondante Michelle Bouak)
Dans un monde parsemé de conflits de tous genres, le dessin de presse reste une arme redoutable pour croquer l’actualité. Caricature, provocation, paradoxe, allusion, ironie, absurde, humour… sont autant de procédés qui permettent au dessinateur de presse, journaliste et dessinateur à la fois, de prendre part, de dénoncer, de se moquer et de mettre en perspective l’actualité, et ce d’un seul coup de crayon !
En une cinquantaine d’années, Jean Plantureux, alias Plantu, caricaturiste humaniste engagé, parfois insolent mais jamais vulgaire, a su croquer l’actualité avec pertinence et humour. Il a réalisé des milliers de dessins publiés dans de nombreux journaux, dont ceux en Une du journal Le Monde depuis 1985 et dans l’Express depuis 1991. C’est à la Bibliothèque nationale de France (BNF) qu’il a choisi de confier la totalité de son travail qui devient ainsi patrimoine national.
A l’occasion de cette entrée dans les collections de la Bibliothèque, un hommage
particulier est rendu à l’artiste. Plus d’une centaine de dessins originaux parmi lesquels des inédits, accompagnés d’études et de croquis préparatoires sont présentés dans la galerie des donateurs. Mais aussi, une sélection d’albums, quelques Unes célèbres et, plus inattendu, quelques sculptures. Cet ensemble permet d’apprécier l’évolution graphique de l’artiste, son coup de crayon unique, mais aussi son engagement à défendre les dessinateurs de presse du monde entier par le biais de l’association Cartooning for Peace qu’il a fondée en 2006, encouragé par Kofi Annan, Prix Nobel de la Paix et ancien Secrétaire général de l’ONU.
Pour Plantu, le dessin de presse est l’art nécessaire du dérapage. Il n’a aucune étiquette, ce qui lui permet de jouir d’une liberté de ton et d’esprit. Il faut certes aller loin dans la provocation mais s’arrêter à temps, pour ne pas blesser gratuitement ou toucher à la vie privée. Il insiste sur le rôle essentiel de la culture et de l’éducation afin de mieux lutter contre l’ignorance, source de violence et de barbarie. Il ne cache pas son admiration pour des créateurs d’exception qui ont tissé l’imaginaire collectif, que ce soit dans le domaine de la peinture, de la sculpture ou de la bande dessinée (Léonard de Vinci, Delacroix, Rodin, Hergé, Reiser, Goscinny et Uderzo…)
Le premier dessin de Plantu paru dans Le Monde en 1972 était une petite colombe, un point d’interrogation dans le bec, qui illustrait l’incertitude d’un accord de paix dans la guerre du Vietnam. Cette colombe est devenue sa marque de fabrique au même titre que la petite souris. Certains de ces dessins sont entrés dans l’histoire. Tels le dessin signé en 1990 par Yasser Arafat et Shimon Peres appelant à une paix durable entre la Palestine et Israël et ses émouvants dessins qui ont suivi les attentats de janvier 2015 à Paris.

Exposition « Plantu – 50 ans de dessin de presse »
20 mars – 20 mai 2018
Galerie des donateurs
BnF François-Mitterrand, Paris
http://www.bnf.fr 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...